Vers le zéro déchet : ce dont il faut se méfier quand on achète des produits

On vous en a déjà parlé, le « zéro déchet », c’est un absolu, un but ultime vers lequel tendre. Mais pour la très grande majorité d’entre nous, ce n’est pas une réalité atteignable à court ou à moyen terme… Et ce n’est pas une raison pour se décourager! Juste un constat à établir d’emblée pour tranquillement changer nos habitudes et commencer la transition sans avoir besoin de sentir qu’on participe à un « concours » de qui en fait le plus non plus. 

Tout ce qu’on peut vous souhaiter, c’est de devenir de plus en plus conscient de l’impact de vos choix sur l’environnement et de faire de votre mieux, tout en préservant votre équilibre. Voici quelques astuces marketing qu’on voit souvent sur les produits mais qui finalement ne sont pas aussi positives qu’elles peuvent avoir l’air à prime abord, quand on se préoccupe de son volume de déchets. Des « drapeaux rouges », en somme!

 

1. Format pratique

 

C’est clair que voir ceci sur un emballage, ce n’est pas une bonne nouvelle. C’est juste une manière de créer plus de déchets, alors que le format « ordinaire » est… pas vraiment moins pratique tant que ça? Même chose pour les formats de voyage; parfois, à cause des restrictions imposées par les transporteurs aériens, on n’a tout simplement pas le choix de se procurer un plus petit format d’un produit difficile à faire soi-même/à transférer… Mais sinon, il est très facile de créer son « format pratique » soi-même en transvidant une partie du contenu dans un contenant plus petit, ou vice-versa. 

2. Format individuel

 

A post shared by Rachael Moore (@awoken.soul) on

 

Le « format individuel », c’est comme l’aboutissement du concept du format pratique. Un produit fait pour ne servir qu’une seule fois et /ou conçu pour ne procurer qu’une seule portion! C’est exactement ce qu’il est le plus facile à éviter quand on se met à penser plus en mode « zéro déchet », car il existe TOUJOURS des équivalents plus sensés de ces produits.

La plupart du temps en plus, les formats individuels reviennent plus cher que les formats « standards » si on compare à quantité égale. Payer plus pour quelque chose qui apporte réellement un côté pratique et permet de sauver du temps, c’est une chose. Mais avec ce type de produits, ce n’est habituellement pas le cas.

 

3. Format économique

 

A post shared by Nostalgia On 9 (@nostalgiaon9) on

 

On n’a vraiment rien contre le fait d’économiser, au contraire! Mais en général il y a deux types de produits en format économique. Le premier type correspond à juste un plus gros format de ce que vous achetez habituellement, par exemple un produit ménager. C’est une bonne idée parce que l’emballage global sera souvent moindre que celui du format individuel (disons que même si on a deux fois la quantité on n’aura habituellement pas un emballage deux fois plus gros)!

Mais l’autre type qu’on veut éviter, ce sont plusieurs exemplaires de petits formats du même produit que l’on vend ensemble. C’est véritablement le festival du suremballage et des déchets! Et ça arrive souvent que « l’aubaine » soit plus théorique que pratique, puisqu’on n’a pas nécessairement besoin de tout ça! Un exemple parmi tant d’autres : acheter 6 allume-barbecues emballés ensemble dans une « double coque » moulée en plastique rigide, est-ce VRAIMENT nécessaire?

 

4. « Amusant »

via GIPHY

Pas besoin de vous faire un dessin : que ce soit des produits pour les enfants ou les adultes, c’est toujours le cas. Je vous mets au défi de trouver un seul produit avec ce qualificatif sur son emballage qui fait preuve de durabilité, de responsabilité et qui apporte une valeur positive. Que ce soit pour n’importe quel type de produit d’ailleurs!

Le but n’est pas d’enlever tout le « fun » de la vie, ici! Mais ce n’est pas parce qu’un produit s’annonce comme étant amusant qu’il l’est vraiment ou que les autres le sont moins, tsé?

 

5. Fait en Chine

via GIPHY

C’est bien évident qu’éviter complètement les produits faits en Chine aujourd’hui, c’est très difficile, voire illusoire. Et l’idée n’est pas de vous faire sentir mal parce que ce sont les options que vous privilégiez pour des raisons de coût ou de commodité. Personne n’est parfait et la vérité c’est qu’au-delà des volontés individuelles, tout notre système de consommation est fait pour favoriser les options les moins chères et les moins durables possibles.

Et ce n’est pas uniquement le cas des produits faits spécifiquement en Chine non plus! Tout ce dont on souhaite vous faire prendre conscience, c’est que quand c’est possible, c’est mieux de choisir des produits qui ne viennent pas de l’autre bout de la planète ET qui ont simultanément peu de valeur. Autant pour l’impact environnemental du transport que pour la qualité. Parce que quand on pense, faire venir un « cossin » de la Chine qui brise après deux utilisations et devoir retourner en acheter un autre, ça n’a à peu près aucun sens. 

6. Pré-lavé, pré-coupé

 

A post shared by Suiha (@suiha_cookie) on

 

Dans le cas des fruits et légumes, tout ce que ça veut dire c’est que ça doit être suremballé pour donner l’illusion que c’est plus « propre ». Laver sa salade soi-même, ce n’est vraiment pas compliqué et ça permet en plus d’économiser. Et ça donne en fait un faux sentiment de sécurité : ce type de produit a été associé à de nombreuses épidémies de E.Coli et autres dans les dernières années! 


Vous aimerez aussi:

DIY : Pellicule réutilisable à la cire pour la cuisine      Les 38 meilleurs trucs pour transiter vers le zéro déchet
 
Les balles de séchage, vous connaissez?
DIY : Pellicule réutilisable à la cire pour la cuisine