Une baisse à prévoir dans l'immobilier au Québec jusqu'en 2022

La pandémie de coronavirus affectera le marché de l'immobilier au Québec. 

Selon un communiqué de la Société canadienne d'hypothèque et de logement (SCHL), le marché canadien de l’habitation connaîtra des baisses en 2020 et devrait commencer à s’améliorer d’ici un an. Les mises en chantier, les ventes et les prix demeureront probablement inférieurs à leurs niveaux d’avant la pandémie jusqu'en 2022.

«Après avoir fortement diminué en 2020, les mises en chantier, les ventes et les prix devraient commencer à se redresser vers le milieu de 2021, avec la levée des mesures de confinement et l’amélioration graduelle de la conjoncture économique. Les ventes et les prix resteront probablement sous leurs niveaux d’avant la COVID-19 d’ici la fin de l’horizon prévisionnel, en 2022. Le moment précis et la rapidité de la reprise sont très incertains, car nous ne connaissons pas encore l’évolution future du virus», a déclaré Bob Dugan, économiste en chef à la SCHL.

La SCHL révèle également que les mises en chantier dans la province vont chuter de 53 % en rythme annuel, les reventes de maisons et de condos existants diminueront de 15 % et les prix des maisons reculeront de 6 %. Les ventes d’habitations au Canada pourraient enregistrer une baisse allant jusqu'à 29 % par rapport aux niveaux d’avant la pandémie, avant de reprendre lentement de la vigueur après 2022.