Combien ça coûte vraiment, acheter une maison?

Vous rêvez de devenir propriétaire ? Dans la majorité des marchés et des situations, il s’agit d’une excellente décision financière à moyen et à long terme.

Par contre, pouvez-vous vraiment vous le permettre et surtout, jusqu’à quel montant pouvez-vous aller ? Parce qu’acheter une maison ou un condo, ça implique beaucoup plus de transactions que de simplement payer son hypothèque. 

Bref, combien ça coûte acheter une maison ? Voici un petit guide pour bien établir le montant vous avez besoin de prévoir. 

1. Un budget réaliste

Maison

Binyamin Mellish | Pexels

Un bon barème est de prévoir autour de 25 % du revenu brut pour se loger. Ce montant peut toutefois varier, selon les régions ou le type de propriété, bien sûr ! Par contre, les institutions financières considèrent que ce pourcentage ne devrait pas dépasser 32 % du revenu brut mensuel. 

Bien que l’indicateur utilisé est le revenu brut, différentes associations de consommateur estiment qu’il est plus prudent de calculer ceci à partir du revenu net ! Ça permet de ne pas trop s’étouffer financièrement.

Quand on parle du montant nécessaire « pour se loger », il faut bien comprendre qu’il s’agit de toutes les dépenses citées ici, et non seulement de l’hypothèque !

2. L’hypothèque

Le montant le plus important, bien entendu, c’est qu’en devenant propriétaire d’une maison, vous devrez rembourser un prêt hypothécaire.

Il est possible de prévoir différents modes de remboursement avec votre institution financière : hebdomadaires, bimensuels, mensuels, etc. Il est important de prendre le temps d’explorer toutes les options : la différence entre payer son hypothèque 2 fois par mois (par exemple le 1er et le 15 de chaque mois) et la payer chaque deux semaines peut paraître insignifiante… Mais elle permet en fait d’ajouter 2 paiements de plus par année, donc de solder son hypothèque quelques années « à l’avance » au final !

La principale chose à comprendre à propos d’une hypothèque, qui est généralement étendue sur 25 ans, c’est que le paiement va changer au fil du temps, à cause de la fluctuation des taux d’intérêt.

Bien qu’il soit impossible de prévoir l’avenir, il faut donc comprendre l’impact qu’aurait une montée des taux d’intérêt sur le budget – et essayer de prévoir le coup.

Pour plus d’information, consultez notre article sur les prêts hypothécaires.

3. Les frais d’inspection

Shutterstock

Faire inspecter une propriété avant de conclure la transaction, c’est un must ! 

Les prix varient selon les régions ainsi que le type et la taille de la propriété, mais on peut compter entre 500 $ et 700 $ pour obtenir un rapport d’inspection.

4. Les frais de notaire

Contracter une hypothèque est l’un des actes de la vie qui doit être notarié, puisqu’il s’agit d’un contrat formel devant la loi entre l’acheteur et l’institution financière. Pour une transaction « standard », le notaire chargera autour de 1 000 $ (encore une fois, ce montant peut dépendre de différents facteurs).

5. L’évaluation 

Shutterstock

Il s’agit cette fois de frais optionnels, qui ne s’appliquent donc pas à toutes les situations.

Dans certains cas, la banque ou la caisse voudront s’assurer que le prix d’achat de la propriété en correspond bien à sa valeur marchande. Que la maison ou le condo vaut le prix payé, quoi ! Dans cette éventualité, l’institution financière vous demandera de faire appel à un(e) évaluateur(trice) à vos frais. Coût : environ 350 $.

6. Les ajustements

Ces frais seront payés chez le notaire et c’est lui ou elle qui les établira lors du transfert de propriété. De quoi s’agit-il ? Selon la période de l’année, les vendeurs ont probablement déjà payé une partie (voire même l’ensemble) des impôts fonciers (taxes municipales et scolaires) pour l’année en cours. Il y aura donc souvent un montant à leur rembourser, au prorata.

Les ajustements peuvent également s’appliquer à d’autres frais, comme le remplissage d’un réservoir de mazout ou de gaz propane par exemple, ou encore à un contrat de déneigement ou de paysagement en vigueur pour la propriété. C’est du cas par cas.

7. Les frais de mutation

Shutterstock

Souvent appelée « taxe de bienvenue », il s’agit de frais d’enregistrement, payés par tout nouveau propriétaire d’un immeuble. C’est la municipalité qui établit ces frais, qui sont donc variables selon l’endroit où vous vivez, mais aussi selon la valeur de la propriété. Bon à savoir : ces frais sont établis sur le montant le plus élevé entre l’évaluation municipale et le prix de vente.

Pour obtenir les taux et les calculs, il est préférable de se référer au site Web de la municipalité. Ces calculs sont basés sur des tranches d’imposition, ce qui veut dire que plus la maison vaut cher, plus la taxe est élevée. Les tranches d’imposition sont entre 0,5 % et 3 %. Il existe également un calculateur en ligne ici, pour plusieurs municipalités du Québec.

8. La taxe de vente

Il ne s’agit pas d’une situation universelle, mais plutôt de frais qui s’appliquent uniquement à l’achat d’une maison neuve. En effet, pour une maison ou un condo que vous serez les premiers à habiter, vous devrez payer en plus du prix demandé, la TPS et la TVQ sur votre achat ! 

Il est préférable de le savoir afin d’éviter de bien mauvaises surprises, parce que 15 % d’une transaction de plusieurs centaines de milliers de dollars, ça fait une jolie somme !

9. L’assurance prêt

Shutterstock

Si votre mise de fonds correspond à moins de 20 % de la valeur totale de l’hypothèque, il vous faudra souscrire à une assurance-prêt auprès de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL). 

Les frais varient selon le montant du prêt, correspondant à entre 0,5 % et 2,9 % du montant du prêt, selon la mise de fonds. Plus celle-ci s’approche du fameux 20 % et moins le taux sera élevé.

À cela s’ajoute une taxe de 9,9 % du prêt hypothécaire, payable immédiatement.

10. Les frais de copropriété

Ces frais s’appliquent uniquement à ceux qui achètent un condo ou une autre forme de copropriété, bien sûr. Ces derniers sont habituellement payables mensuellement et couvrent certaines dépenses communes à tous les copropriétaires, que ce soit au niveau de l’entretien ou des rénovations nécessaires.

11. Le déménagement

Shutterstock

Les frais de déménagement varient énormément selon l’ampleur de la tâche, le chemin à parcourir, la période de l’année, etc. Ils varient aussi selon que vous vous chargiez vous-même du déménagement ou fassiez appel à des professionnels. 

12. Les premières rénovations et autres achats

En prévision d’aménager dans votre nouvelle propriété, il y aura souvent d’autres frais à débourser, qui peuvent être substantiels ! Évidemment, c’est très variable, mais ce peut être par exemple pour acheter de nouveaux électroménagers ou encore pour sabler les planchers, peindre avant de déménager, etc.

Il ne faut pas oublier de réserver une certaine somme à ce genre de dépenses, puisqu’elles arrivent en même temps que tout le reste (notaire, taxe de bienvenue, etc.), mais qu’elles demeurent souvent essentielles !

13. L’assurance habitation

Shutterstock

Finalement, vous devrez vous assurer contre les incendies et les dommages pour un montant correspondant au moins à la valeur de remplacement de votre maison. Vous devrez aussi assurer vos meubles et autres bien. Ces frais varient selon le lieu et le type de résidence.