8 choses qui font baisser la valeur de votre propriété

Croyez-vous que tous les acheteurs possibles seront capables de déceler le potentiel de votre propriété et de passer par-dessus ses défauts? Malheureusement, ce n’est pas toujours si facile de se démarquer et d’attirer les bons acheteurs, particulièrement dans le contexte compétitif de l'immobilier

Vous connaissez certainement les éléments qui font augmenter la valeur de votre maison : une cuisine et des salles de bain rénovées, par exemple. Mais saviez-vous qu’à l’inverse, il y a également des facteurs qui peuvent jouer contre vous et dévaluer votre maison ou votre condo? Les voici.

1. Le premier coup d’œil

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by 𝕊𝕒𝕝𝕝𝕪 (@little_paddock_cottage) on

Le « curb appeal » comme on dit en anglais, c’est très important! On pourrait traduire cette expression par « l’attrait qu’on aperçoit à partir de la rue ». On parle d’abord de l’aménagement paysager. Pas nécessaire que la cour avant ait l’air d’un jardin botanique, mais il faut au minimum que ce soit bien entretenu. Sans mettre trop d’accent sur le jardinage, quelques arbustes et plantes bien placées font toujours un bel effet.

Mais le premier coup d’œil, c’est tellement plus que ça! Tous les détails comptent : peinture extérieure écaillée, chiffres d’adresse rouillés, poignée déglinguée, volets décrochés, cabanon qui a vu de meilleurs jours, asphalte ou pavé uni usés, vieille clôture... 

2. Le désordre

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Agent Organise - Melbourne (@agent_organise) on

Quand on parle de home staging, c’est en grande partie ça qu’on veut dire : à bas le désordre et l’accumulation! Car s’il y a une chose qui enlève de la valeur à la maison, c’est bien cela.

Toutes les pièces devraient être désencombrées, même les armoires et les garde-robes, car oui, les acheteurs potentiels les fouillent! Plus une maison est ordonnée, plus elle se vend rapidement, en règle générale.

Voici un truc utilisé par bien des vendeurs : louer un mini-entrepôt et commencer à faire des boîtes même avant de mettre la maison sur le marché. 

3. Les rénovations « DIY » et peu professionnelles

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by The Provosts (@provosthomeupgrades) on

Certains propriétaires sont efficaces pour repeindre et rénover eux-mêmes. Mais ce n’est pas le cas de tous. Les agents savent immédiatement reconnaître les travaux bâclés, comme de la tuile mal posée, des murs sur lesquels on peut voir les coups de rouleau à peinture ou encore des tablettes qui ne sont pas à l’équerre. Les rénos « créatives », comme par exemple les espaces étrangement divisés et autres constructions vernaculaires, ne passent habituellement pas le test.

Morale de l'histoire : appliquez-vous et prenez votre temps! Il existe des tutoriels en ligne pour à peu près tous les travaux dans la maison (et on en a même plusieurs ici!) Et si vous n’avez aucun talent pour les rénos, ça vaut probablement la peine de payer un professionnel pour les faire, particulièrement si vous mettez en perspective la vente plus rapide de votre propriété, ou à un prix plus avantageux.

Et le plus important : les projets devraient être finis. Exit les rideaux semi-accrochés, les trous dans les murs plastrés, mais non sablés ni peints, ou les pièces à moitié peintes!

4. Les « passe-passe » plus ou moins légales

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by CT Constructions Qld (@ctconstructionsqld) on

Tout ce que vous avez réalisé sans demander le permis requis, ou encore, ce qui va à l’encontre des réglementations municipales, risque de faire fuir les acheteurs : une clôture trop haute, une piscine, une rallonge, une chambre supplémentaire qui ne possède pas une 2issue de sécurité, etc.

5. Les réparations majeures 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Energy Roofing Inc (@energyroofing) on

Il n’est certainement pas nécessaire de rénover toute la maison avant de la mettre en vente. Par contre, tout problème majeur ayant un grand impact sur les finances, mais aussi sur la qualité de vie des acheteurs potentiels sera très dissuasif pour ceux-ci : un toit qui fuit, des fenêtres qui ne sont plus étanches, des problèmes électriques, de la plomberie à refaire, etc. Dans la mesure du possible, c’est mieux de régler ces problèmes avant la mise en vente. 

6. Les mauvaises odeurs

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Gartenfenster Wohnen&Garten (@gartenfenster.ch) on

Humidité, odeurs d’animaux, cigarette… Quand on vit dans une maison on peut finir par ne plus s’en rendre compte, mais chose certaine, les acheteurs potentiels le respireront dès qu’ils entreront dans la maison! Et ça leur donnera une impression négative persistante tout le long de leur visite.

7. Une déco trop personnalisée

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by crystal🐾 (@ohayoukitten) on

Quand on veut vendre et obtenir le meilleur prix pour sa maison, ce n’est plus notre goût qui compte, mais plutôt celui de la majorité des acheteurs potentiels. Alors la plupart du temps, ça signifie d'opter pour les choix les plus sûrs en matière de déco. Si vous repeignez, choisissez des couleurs neutres, éliminez les thèmes trop présents ou les décorations criardes.

8. Des facteurs externes pas rassurants

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Real Estate Deal Of The Day (@real_estate_deal_of_the_day) on

Dans le registre « bizarre », certaines choses qui sont complètement hors de votre contrôle peuvent aussi avoir un impact sur la valeur de votre maison. Par exemple : des phénomènes paranormaux ou un crime commis dans la propriété. On pense aussi à une maison abandonnée à proximité, la présence de voisins qui font de l’accumulation pathologique (hoarding) ou même à une personne appartenant au registre des délinquants sexuels vivant dans la même rue. 

Un décès qui n’est pas naturel survenant dans une maison peut, par exemple, faire baisser le prix de vente de celle-ci de 10 % à 25 % (lorsque le cas est très médiatisé). Pour ce qui est des maisons abandonnées, c’est plutôt une baisse de 3 à 5 %.