Ces 10 déchets polluent les plages du monde : voici comment les réduire

Le mouvement zéro déchet n’a jamais été aussi pertinent qu’en ce moment, alors qu’on estime que 8 millions de tonnes métriques de plastique pénètrent dans les océans chaque année. Et ce problème nous concerne tous, même ceux qui ne vivent pas dans les zones côtières – parce qu’il y a de fortes chances qu’une partie de ces déchets soient les nôtres. 

Fondé en 1985, l’organisme International Coastal Cleanup (ICC) s’occupe de grandes collectes annuelles des déchets échoués sur les plages et ce, dans 153 pays à travers le monde, en impliquant 12 millions de bénévoles. La particularité de cet organisme, c’est de documenter l’ensemble des déchets ramassés, procurant ainsi des données importantes sur les habitudes de consommation des populations. Ces données sont ensuite catégorisées et analysées de manière à extrapoler des tendances mondiales.

Voici ce que l’organisme a identifié comme étant les déchets les plus fréquents lors de leur dernière collecte, en 2018. L’élément à retenir : TOUS les items parmi cette liste contiennent du plastique. « Avec les années, nous avons vu le plastique monter sans cesse dans ce triste top 10, remplaçant graduellement les autres types de déchets plus prévalents à une autre époque, par exemple la corde, les sacs en papier ainsi que les cannettes, » explique Nicholas Mallos, le directeur du programme Ocean Conservancy Trash-free Seas, qui agit comme partenaire du ICC[1].

1. Les mégots de cigarette

Mégots de cigarette

Paweł Czerwiński / Unsplash

On a souvent l’impression qu’ici, les gens fument de moins en moins. Mais la cigarette est en fait en progression dans plusieurs pays à travers le monde (les pays asiatiques, entre autres). Et le fait d’être généralement moins exposé qu’avant à la fumée de cigarette ne se ressent pas dans les déchets qui se retrouvent sur les plages.

En 2018, le ICC a ramassé plus de 5 700 000 mégots, ce qui en faisait le déchet le plus commun. Les quatre pays où on en a trouvé le plus, dans l’ordre : les États-Unis, les Émirats Arabes Unis, les Philippines et… le Canada.

Ce déchet est problématique parce que le plastique qui les compose ne se dégrade pas et que de nombreuses espèces marines les confondent avec de la nourriture puis les ingèrent. 

Solution : Elle est dans ce cas assez évidente!

2. Les emballages alimentaires 

Aliments emballés de plastique

Ursula Ferrara / Shutterstock

Le résultat de la collecte fait froid dans le dos : 3 700 000 de ces emballages divers, allant de la pellicule recouvrant les bonbons individuels aux paquets de pâte, des sacs de croustilles aux sacs refermables, des emballages de barres tendres aux pellicules qui recouvrent les fruits et légumes... Et ce ne sont que quelques exemples de ce type de plastique qui remplit nos bacs de recyclage.  

Solution : Dans ce cas, elles sont multiples! Acheter moins de produits transformés et les faire soi-même le plus possible à partir d’ingrédients de base, n’acheter que l’essentiel plutôt que le superflu, acheter en vrac avec ses propres contenants, etc.

3. Les pailles et les bâtonnets à café

Café et paille

Thomas Vimare / Unsplash

Le nombre de ces petits objets à usage unique en apparence inoffensifs : plus de 3 600 000. 

Solution :  Spécifier qu’on ne veut pas de paille lorsqu’on commande une boisson. Transporter son petit ensemble zéro déchet en déplacement, qui peut contenir une paille réutilisable ainsi qu’une petite cuillère pour mélanger le café.

4. Les ustensiles en plastique

Couverts de plastique

Kent Sievers / Shutterstock

Le nombre de ces ustensiles qu’on utilise pendant quelques minutes, puis qu’on jette sans plus y penser : 1 968 000 retrouvés sur les plages. 

Solution : Spécifier qu’on ne veut pas d’ustensile lorsqu’on commande de la nourriture. Transporter son ensemble d’ustensiles zéro déchet sur soi.

5. Les bouteilles de plastique

Déchets de bouteilles de plastique sur une plage

Brian Yurasits / Unsplash

Que ce soit les fameuses bouteilles d’eau, celles contenant des jus ou des boissons gazeuses ou encore d’autres types d’aliments (comme de l’huile ou de la vinaigrette), pas moins de 1 569 000 de ces bouteilles ont été ramassées en une seule année. Tout comme les emballages alimentaires, ce type de déchet est problématique parce que le plastique n’est évidemment pas biodégradable : il ne fait que se briser en morceaux de plus en plus petits, contaminant les océans, la faune et même les humains.

Solution :  Ne plus acheter d’eau en bouteille! Les gourdes réutilisables sont devenues très faciles à trouver et à avoir toujours sur soi. Réduire ou éliminer sa consommation de boissons gazeuses ou sucrées, ou à tout le moins éviter le plastique (il existe par exemple d’autres contenants, comme l’aluminium et le verre consigné, qui ont un bon taux de recyclage). On peut aussi préparer ses propres boissons gazeuses dans des contenants réutilisables de type Soda Stream et acheter les ingrédients en vrac, ou à tout le moins dans des contenants en verre.

6. Les bouchons de bouteilles de plastique

Bouchon de plastique

Brian Yurasits

Non, une bouteille ne produit pas qu’un seul déchet, mais plutôt deux (voire 3 avec l’étiquette qui est aussi souvent en plastique). Les bouchons ont tendance à se séparer et à être transportés séparément. En 2018, 1 390 000 de ces bouchons ont été ramassés lors des collectes. 

Solution : Les mêmes que pour les points précédents!

7. Les sacs d’épicerie jetables

Femme tenant des sacs de plastique

ARIMAG / Shutterstock

Plus de 964 000 de ces sacs ont été trouvés sur les plages du monde l’an dernier. Ces derniers causent toutes sortes de problèmes : les animaux s'y retrouvent coincés, les avalent, s'asphyxient, ils s’accrochent dans les algues, ils se retrouvent dans les filets de pêche, etc. 

Solution : Pensez toujours à apporter vos propres sacs pour les emplettes, non seulement à l’épicerie mais également à la pharmacie et dans les autres magasins. Si vous n'en avez pas sur vous, choisissez les sacs en papier. 

8. Les autres sacs de plastique

Déchets de sacs de plastique sur une plage

Brian Yurasits / Unsplash

On parle ici des sacs de poubelle et autres sacs comme ceux qui emballent parfois des objets courants lorsqu’on les achète (des vêtements, les chaussures ou la literie, par exemple). Plus de 938 000 de ces sacs ont été ramassés l’an dernier.

Solution : C’est beaucoup moins évident dans ce cas. Les environnementalistes considèrent que les sacs de poubelle « biodégradables » ne sont pas une bonne solution, parce qu’ils vont simplement se réduire en micro-particules plus rapidement. Une piste: faire du compost permet habituellement de réduire son volume de déchets alimentaires de 50 %, ce qui diminue forcément la consommation de ces sacs!

9. Les couvercles de plastique

Tasse de café en plastique

Fernando Hernandez / Unsplash

Ceux-ci proviennent à la fois des tasses à café pour emporter ainsi que des verres de boissons gazeuses vendus par l’industrie du fast-food. Les bénévoles du ICC en ont ramassé plus de 728 000 l’an dernier. Ceci en dit long sur l’évolution de nos habitudes reliées à ces boissons, qui il y a à peine 3 décennies étaient des achats très occasionnels, voire rarissimes.

Solution : Apporter sa propre tasse à café réutilisable partout. Lors d’un repas de restauration rapide, demander de remplir sa propre gourde.

10. Les tasses et verres jetables, et les assiettes de plastique

Verres de plastique sale

Brian Yurasits / Unsplash

Ce dernier déchet du top 10 est en fait le prolongement du précédent, et encore une fois témoigne de l’omniprésence de ces repas, collations ou pauses café que l'on ne prépare plus soi-même. On parle ici autant des tasses à café jetable que des verres pour les boissons : 656 000 de ces items ont été trouvés.

Solution : Apporter sa propre tasse à café réutilisable partout. Lors d’un repas de restauration rapide, demander de remplir sa propre gourde et ses propres contenants.


[1] Source. Traduction libre.