5 frais coûteux trop souvent oubliés à l'achat une maison

Vous achetez une propriété? En plus de l’hypothèque, vous devez être prêt à payer de nombreux frais souvent oubliés, tel que le tarif d’inspection, les taxes et bien plus encore.

Acheter une propriété sera probablement le plus gros investissement de votre vie. Alors, au lieu de perdre la tête en cherchant la maison parfaite, il vaut mieux se préparer à payer tous les frais cachés, afin de protéger votre portefeuille.

J’ai donc demandé à Jason Neumann, un courtier de Century 21 Assurance Realty Ltd. de nous présenter 5 frais que les acheteurs ne doivent pas oublier.
 

1. L’inspection de la propriété

Ne sautez pas l’inspection pour économiser un peu d’argent, conseille Neumann : « D’après moi, c’est un service absolument incontournable, car vous pouvez vous retrouver avec une maison à 400 000 $ dont les fondations sont en miettes. »

Les frais d’inspection changent selon l’emplacement et le type de propriété. Certains inspecteurs demandent 100 $ de l’heure, alors que d’autres facturent selon la taille de la résidence. N’oubliez pas d’ajouter la TPS et la taxe provinciale au résultat!

« S’ils ont trois heures de libres, je conseille aux acheteurs de faire le tour de la propriété avec l’inspecteur, car ces derniers aiment bien montrer ce qu’ils trouvent », ajoute-t-il.

 

2. Frais juridiques

Les avocats et notaires préparent les documents d’hypothèque, s’occupent des remboursements, font les recherches sur les titres, vérifient les détails de la vente, et plus encore.

La facture totale dépendra de votre emplacement, de la complexité de la vente et du type de propriété que vous achetez.

Pour avoir une bonne idée des frais juridiques, demandez à votre avocat ou notaire un bon estimé avant de faire l’achat, car les frais peuvent passer de 1 000 $ à 2 500 $, et même parfois beaucoup plus.

 

3. Évaluation de la propriété

Votre prêteur hypothécaire peut exiger une évaluation de la propriété à vos frais, ou il pourra ajouter ce coût à votre hypothèque : « Nous observons que bien des banques demandent des évaluations, peu importe la liste de prix ou le moment où l’évaluation précédente a été effectuée », affirme Neumann.

« L’évaluation est maintenant obligatoire, car les banques veulent s’assurer qu’elles puissent faire le prêt, que tout est en ordre et qu’il n’y aura pas de trou mystérieux de 100 000 $ dans l’équation. »

 

4. Droits de mutation

La plupart des acheteurs canadiens doivent prévoir les détestés droits de mutation, qui peuvent coûter jusqu’à 2 % de la valeur de votre nouvelle résidence sur le marché. Il existe toutefois des exemptions. 

Voyez la liste des droits de mutation partout au Canada pour connaître le taux en vigueur dans votre région.

 

5. Certificat de localisation

Considérez-vous chanceux si le vendeur possède un certificat de localisation récent, car tous les autres acheteurs devront débourser au moins 300 $ si votre prêteur hypothécaire le réclame, rappelle Neumann.

 

Commentaires